vendredi 6 décembre 2013

Nelson Mandela : l’icône et le néant

Né le 18 juillet 1918 dans l’ancien Transkei, mort le 5 décembre 2013, Nelson Mandela ne ressemblait pas à la pieuse image que le politiquement correct planétaire donne aujourd’hui de lui. Par delà les émois lénifiants et les hommages hypocrites, il importe de ne jamais perdre de vue les éléments suivants :

1) Aristocrate xhosa issu de la lignée royale des Thembu, Nelson Mandela n’était pas un « pauvre noir opprimé ». Eduqué à l’européenne par des missionnaires méthodistes, il commença ses études supérieures à Fort Hare, université destinée aux enfants des élites noires, avant de les achever à Witwatersrand, au Transvaal, au cœur de ce qui était alors le « pays boer ». Il s’installa ensuite comme avocat à Johannesburg.

2) Il n’était pas non plus ce gentil réformiste que la mièvrerie médiatique se plait à dépeindre en « archange de la paix » luttant pour les droits de l’homme, tel un nouveau Gandhi ou un nouveau Martin Luther King. Nelson Mandela fut en effet  et avant tout un révolutionnaire, un combattant, un militant qui mit « sa peau au bout de ses idées », n’hésitant pas à faire couler le sang des autres et à risquer le sien.
Il fut ainsi l’un des fondateurs de l’Umkonto We Sizwe, « le fer de lance de la nation », aile militaire de l’ANC, qu’il co-dirigea avec le communiste Joe Slovo, planifiant et coordonnant plus de 200 attentats et sabotages pour lesquels il fut condamné à la prison à vie.

3) Il n’était pas davantage l’homme qui permit une transmission pacifique du pouvoir de la « minorité blanche » à la « majorité noire », évitant ainsi un bain de sang à l’Afrique du Sud. La vérité est qu’il fut hissé au pouvoir par un président De Klerk appliquant à la lettre le plan de règlement global de la question de l’Afrique australe décidé par Washington. Trahissant toutes les promesses faites à son peuple, ce dernier :

- désintégra une armée sud-africaine que l’ANC n’était pas en mesure d’affronter,
- empêcha la réalisation d’un Etat multiracial décentralisé, alternative fédérale au jacobinisme marxiste et dogmatique de l’ANC,
- torpilla les négociations secrètes menées entre Thabo Mbeki et les généraux sud-africains, négociations qui portaient sur la reconnaissance par l’ANC d’un Volkstaat  en échange de l’abandon de l’option militaire par le général Viljoen[1].
  
4) Nelson Mandela n’a pas permis aux fontaines sud-africaines de laisser couler le lait et le miel car l’échec économique est aujourd’hui  total. Selon le Rapport Economique sur l’Afrique pour l’année 2013, rédigé par la Commission économique de l’Afrique (ONU) et l’Union africaine (en ligne), pour la période 2008-2012, l’Afrique du Sud s’est ainsi classée parmi les 5 pays « les moins performants » du continent sur la base de la croissance moyenne annuelle, devançant à peine les Comores, Madagascar, le Soudan et le Swaziland (page 29 du rapport).
Le chômage touchait selon les chiffres officiels 25,6% de la population active au second trimestre 2013, mais en réalité  environ 40% des actifs. Quant au revenu de la tranche la plus démunie de la population noire, soit plus de 40% des Sud-africains, il est aujourd’hui inférieur de près de 50% à celui qu’il était sous le régime blanc d’avant 1994[2]. En 2013, près de 17 millions de Noirs sur une population de 51 millions d’habitants, ne survécurent que grâce aux aides sociales, ou Social Grant, qui leur garantit le minimum vital.

5) Nelson Mandela a également échoué politiquement car l’ANC connaît de graves tensions multiformes entre Xhosa et Zulu, entre doctrinaires post marxistes et « gestionnaires » capitalistes, entre africanistes et partisans d’une ligne « multiraciale ». Un conflit de génération oppose également la vieille garde composée de « Black Englishmen», aux jeunes loups qui prônent une « libération raciale » et la spoliation des fermiers blancs, comme au Zimbabwe.

6) Nelson Mandela n’a pas davantage pacifié l’Afrique du Sud, pays aujourd’hui livré à la loi de la jungle avec une moyenne de 43 meurtres quotidiens.

7) Nelson Mandela n’a pas apaisé les rapports inter-raciaux. Ainsi, entre 1970 et 1994, en 24 ans, alors que l'ANC était "en guerre" contre le « gouvernement blanc », une soixantaine de fermiers blancs furent tués. Depuis avril 1994, date de l’arrivée au pouvoir de Nelson Mandela, plus de 2000 fermiers blancs ont été massacrés dans l’indifférence la plus totale des médias européens.

8) Enfin, le mythe de la « nation arc-en-ciel » s’est brisé sur les réalités régionales et ethno-raciales, le pays étant plus divisé et plus cloisonné que jamais, phénomène qui apparaît au grand jour lors de chaque élection à l’occasion desquelles le vote est clairement « racial », les Noirs votant pour l’ANC, les Blancs et les métis pour l’Alliance démocratique
  
En moins de deux décennies, Nelson Mandela, président de la République du 10 mai 1994 au 14 juin 1999, puis ses successeurs, Thabo Mbeki (1999-2008) et Jacob Zuma (depuis 2009), ont transformé un pays qui fut un temps une excroissance de l’Europe à l’extrémité australe du continent africain, en un Etat du « tiers-monde » dérivant dans un océan de pénuries, de corruption, de misère sociale et de violences, réalité en partie masquée par quelques secteurs ultraperformants, mais de plus en plus réduits,  le plus souvent dirigés par des Blancs.

Pouvait-il en être autrement  quand l’idéologie officielle repose sur ce refus du réel qu’est le mythe de la « nation arc-en-ciel » ? Ce « miroir aux alouettes » destiné à la niaiserie occidentale interdit en effet de voir que l’Afrique du Sud ne constitue pas une Nation mais une mosaïque de peuples rassemblés par le colonisateur britannique, peuples dont les références culturelles sont étrangères, et même souvent irréductibles, les unes aux autres.
Le culte planétaire quasi religieux aujourd’hui rendu à Nelson Mandela, le dithyrambe outrancier chanté par des hommes politiques opportunistes et des journalistes incultes ou formatés ne changeront rien à cette réalité.

Bernard Lugan
06/12/13

[1] Voir mes entretiens exclusifs avec les généraux Viljoen et Groenewald  publiés dans le numéro de juillet 2013 de l’Afrique réelle  www.bernard-lugan.com
[2] Institut  Stats SA .

101 commentaires:

  1. merci de remettre les pendules à l'heure.

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour cet article, indispensable éclairage dans les ténèbres de l'hystérie médiatique collective.

    RépondreSupprimer
  3. à chacun son niveau de connaissance de la réalité !

    RépondreSupprimer
  4. Merci M. Lugand pour ce brillant article

    RépondreSupprimer
  5. c'est bien de dire le vrai , cela permet de replacer l'homme dans son histoire et surtout dans son œuvre ; Nelson mandela est une sorte de bobo de gauche qui a cru qu'en libérant le peuple , ils le rendraient heureux ..une démographie qui galope va toujours plus vite que le progrés ..peut elle être heureuse dés lors ?

    RépondreSupprimer
  6. je demandais à ma femme ce qu'avait fait Mandela, elle ne le savait pas, tout comme moi. les icônes sont facilement construites de nos jours.
    Merci pour toutes ces précisions.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La culture, ça se construit aussi... :)

      Supprimer
  7. Questions à l'excellent Bernard Lugan:

    Vu les chiffres alarmants de tueries racistes dont ils sont les cibles, les afrikaaners ont-ils à redouter des génocides les visant, plus ou moins initiés par l'aile dure de l'ANC de Jacob Zuma?

    Comment expliquer de façon concrète le refus des médias occidentaux de regarder l'Afrique du Sud & son histoire complexe en face sans les mièvreries du discours politiquement correct?

    Êtes-vous toujours blacklisté par les médias de désinformations & personna non grata sur les plateaux de télévision?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mandela n'est qu'un homme, il est incapable de régler en quelques années les problèmes laissés par plusieurs années de ségrégation. C'est vrai qu'il n'a pas les mains "blanches" et qu'il a été impliqués dans plusieurs assassinats. Mais connaissez-vous des présidents occidentaux qui n'ont pas du sang sur les mains? Ceux qui de près ou de loin ont conduit la campagne libyen sont des saints à canoniser peut-être!!! En outre, vous oublier que la terre d'Afrique du sud n'était pas un désert et qu'il avait différentes tribus que les Boers et les Anglais avaient décimés pour s'emparer de leur terre. Il fut quelques années en arrière où tuer un Aborigène en Australie valait bcp d'argent... L'histoire de l'Afrique du Sud risque de se terminer mal si le Seigneur n'intervient pas dans les cœurs. Les "Blancs" ont semé trop de violence.....

      Supprimer
  8. Un truc me chiffonne : avec ce chômage de masse, un taux de croissance de 2% et une population si pauvre, comment ce pays a-t-il été admis au sein des BRIC il y a 2 ou 3 ans, avec 4 partenaires (Brésil, Russie, Inde, Chine) dont le GDP est largement supérieur et le taux de croissance beaucoup plus élevé?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait, on a tout simplement choisi de prendre en gros un pays par continent. Il y avait les 4, mais on s'est dit que l'Afrique devait être représentée.

      Supprimer
    2. Le taux de croissance de 2000 à 2010 n'etait pas de 2% mais de 5%, le bostwana possédait de 1970 à 2010 une croissance de 7%.
      D'ailleurs la chine possède elle aussi une population pauvre, ne parlons même pas de l'inde.

      Supprimer
  9. Merci de lever le voile.

    RépondreSupprimer
  10. Eh bien, il ne faut pas gratter beaucoup le vernis pour mettre au jour une réalité peu reluisante !
    Merci pour cet article qui remet les choses à leurs justes place.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. toujours facile de salir par le papier ou des parolrs qund l'interesse n'est plus la pour se justifrier bravo

      Supprimer
    2. Ce sont des faits, pas autre chose.

      Supprimer
    3. C'est vrai qu'il est fort étrange que bernard est attendu sa mort, n'aurait il pas pu le faire du vivant de mandela?

      Supprimer
  11. Merci, il y a toujours une "ZONE D'OMBRE" mais celle là personne ne veut le savoir, beaucoup trop de louanges pour que celà soit sans ambiguités

    RépondreSupprimer
  12. De Nelson Mandela, l'avenir retiendra la fin de l'appartheid en Afrique du Sud en 1993, comme il a retenu de Lincoln, l'abolition de l'esclavage aux Etats Unis en 1865. Dans les deux cas, ce ne fut pas un coup de baguette magique, mais un acte indispensable de justice. Les problèmes et les souffrances ne sont pas résolus pour autant et ils continuent d'exister pour de longues décennies.

    RépondreSupprimer
  13. ahhhhhhh enfin la vérité est rétablie!!! merci à vous+++

    RépondreSupprimer
  14. Je ne serai point étonnée qu'un livre, genre bio-bible, sorte bientôt pour magnifier ce "héros" et en faire un nouveau prophète dont les Africains pourraient démarrer leur "religion".
    Mais en seront-ils capables même de cela ???

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mandela a toujours refusé le mot prophète à son égard. Il a déclaré publiquement qu'il est un homme comme les autres.

      Supprimer
  15. Pourquoi les blancs et les noirs ont ils besoin de gris-gris ? Est ce le fait du métissage intellectuel qui veut le grand mélange ou plutôt, étant donné la réalité, la grande émulsion qui ne pourrait tenir que par ... ?

    RépondreSupprimer
  16. La ravissante pintade qui présente les actualités du soir sur M6 a déclaré hier que "Mandela avait oeuvré toute sa vie pour la paix".

    C'est oublier un peu vite toutes les victimes des attentats fomentés par cet individu et ce, jusque du fond de sa cellule.

    C'est oublier que sa "chère et tendre" épouse d'alors (Winnie la Rouge) appliquait "le supplice du pneu" à ses opposants de tout bord (enserré dans un pneu auquel on met le feu, le malheureux meurt lentement brûlé vif sans pouvoir bouger).

    Mes pensées vont à tous ces fermiers blancs, aux descendants des Boers, qui ont fait ce pays dans lequel, quand ils sont arrivés, il n'y avait rien ni personne hormis les manchots.

    Le peuple autochtone de l'Afrique du Sud est le peuple Boers.

    Et mes prières à cette occasion sont pour ces résistants qui n'acceptent pas qu'on les aient dépouillés de leur terre, de leur patrie, des sacrifices de leurs ancêtres et qu'on tue, qu'on emprisonne, que l'on torture, que l'on jette dans des cachots infects pour des années sans leur avoir donné le droit d'avoir des procès équitables, condamnés par des juges indignes, idéologues et sectaires qui font fabriquer de fausses preuves par des policiers corrompus.

    Et tout cela dans le silence assourdissant de la communauté internationale.

    Nous mourrons de la bêtise, du mensonge érigé en dogme et de l'inculture généralisée.

    Nous avons perdu tout sens commun et ce qui est arrivé en Afrique du Sud nous arrivera demain si nous continuons à laisser dire et faire n'importe quoi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je ne comprends plus l'occident; j'ai vécu 33 ans en Afrique avant d'en être chassée, et même ici, mes compatriotes se comportent comme des aveugles...Serait-ce leur fameux sentiment de culpabilité ? J'ai de l'admiration pour Mandela car il a été cohérent avec ses idées, même au péril de sa vie, j'ignore s'il aurait pu réellement créer ce pays multiracial, mais il a essayé, en oubliant que la population était de part et d'autre, enfermée dans la colère, la misère et la peur...

      Supprimer
    2. je suis scandalisée de toutes les erreurs probables, Mandela n'est pas un saint, mais c'est facile de critiquer de manière aussi nulle, avez vous pris conscience de ce qu'ont vécu les victimes de ce pays face à des blancs qui les ont considérés comme des esclaves et ont fait leur argent sur le dos de ces pauvres

      Supprimer
    3. Tu delires mon gars. Mandela quoi qu'on dise a sorti pacifiquement l'Afrique du sud d'une situation injuste et dangereuse depuis 1910. Il a sauve son peuple d'une catastrophe.

      Supprimer
  17. Honte , aux journalistes qui nous assomment de reportages télé orientés !

    RépondreSupprimer
  18. merci pour cette article qui nous permet d' avoir une autre vue de la vie de cet homme que les médias montent en flèche, c bon de recadrer les événements et ainsi nous permettre de connaitre son cursus

    RépondreSupprimer
  19. Avez-vous lu le livre de Dominique Lapierre "Un Arc-en-Ciel dans la nuit"? Cela remettra peut-être les pendules à l'heure par rapport à cet article de Bernard Lugan.
    Heureusement qu'il y a eu un Nelson Mandela pour les Afrikaners!

    RépondreSupprimer
  20. Le délire lié à la mort du faux gentil laisse sans voix. Mais surtout la présentation de sa biographie est mensongère : mis en prison suite à d'attentats meurtriers sur civils, libéré par les amerloques, puis enrichi grassement et vivant une existence de rock-star, il est un minable petit escroc à la charité qui ne foutait pas grand chose et se la coulait douce pendant que F ramassait l'oseille. Bravo BL !

    RépondreSupprimer
  21. Dixit le mythe Nelson Mandela.Le respect n`exclut pas la critique & le diagnostique dépassionné.Professeur Lugan fidèle a lui même

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exit - diagnostic

      Supprimer
    2. Professeur Lugan est un Anglophile.Il comprend parfaitement ce que j`ai voulu dire par Dixit.

      J`ai utilise l`adjectif (a tord ou a raison,mais j`aime jouer avec les mots) "diagnostique" pour exprimer le processus qui contribue à établir un "diagnostic".

      Supprimer
    3. La démarche "diagnostique" est une terminologie médicale et c'est donc ici un adjectif. Diagnostic est masculin et est utilisé à tort avec -que à la fin. En anglais le terme diagnostic doit être utilisé dans tous les cas (nom ou adjectif).

      Supprimer
  22. Dominique Lapierre "Un Arc-en-Ciel dans la nuit"
    Bernard Lugan "Histoire de l'Afrique du Sud"

    Je m'interroge. Qui aura le courage de nous dire ce qu'il en est vraiment ?
    Pour l'instant ni l'un ni l'autre...

    Que faites vous de la conversion à la non-violence de cet homme ? "Prenez vos armes a feu et vos couteaux et jetez les dans la mer". Où mentionnez-vous cela ? L'homme a un passé certes, mais l'homme entré en prison en colère en est sorti converti à la paix. Où mentionnez-vous ses efforts extraordinaires comme la commission de réconciliation ou bien son incroyable geste pour la coupe de rugby ?

    On attendait d'un historien de votre calibre une certaine nuance, plus respectueuse de l'homme décédé. Il n'est plus votre ennemi, il est dans l'au-delà, devant cet inatteignable alter-status, le recul et l'équilibre de jugement sont de mise. Non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'apprécie votre réflexion...Pourquoi effectivement condamner un homme qui a échoué?....mais qui a eu le grand mérite d'essayer

      Supprimer
  23. Nos journalistes devraient avoir hontes de ne pas informer comme le veut leur profession. Il est vrai que sous le poids des avantages fiscaux qui leurs sont accordés il ne peuvent que se taire...

    RépondreSupprimer
  24. Je pense que personne n'est saint, personne ne peux juger tranquillement derriere l'écran de son ordinateur, mais il y a une seule chose qui est vrai, jusqu'en 1990 l'aparthaid était une politique inique ( que beaucoup de petits nazillons espèrent mettre en place dans leur quartier) que Mandela entre autres a permis par sa lutte d'y mettre fin

    RépondreSupprimer
  25. Toujours très curieux de voir plus la démystification du mythe Mandela, avec ces articles éclairés de B.Lugan

    RépondreSupprimer
  26. Peu importe d’où il vient (je ne vois pas pourquoi c'est un élément à prendre en compte d'ailleurs), c'est un homme (parmi d'autres) qui s'est battu pour l'égalité et pour la justice. Vous tous dans votre petit nid douillet vous critiquez et jugez mais personnellement je doute que vous valiez beaucoup plus que cet homme...Pour lui j'éprouve de l'estime et du respect (oui quelle naïve je suis) mais pour vous je n'éprouve que de la pitié.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est pour vous que j'éprouve de la pitié. Connaissez-vous bien le Professeur Lugan ? Il est un scientifique qui ne regarde que les faits sans porter de jugement et sa connaissance de l'Afrique en général et de l'Afrique du Sud en particulier lui permet de poser ces faits (lisez donc son livre sur l'Afrique du Sud, justement) et il est internationalement reconnu pour cela. Lisez donc sa biographie. Au fait, pourquoi avez-vous lu son article ?....

      Supprimer
  27. quelques réflexions naïves:

    0/ Dans quelle sacristie politiquement correcte peut-on trouver une image pieuse de Nelson Mandela ? ou bien le politiquement correct n'est-il qu'un jingle convenu pour lancer le débat ?

    1/ les origines de Mandela sont de notoriété publique, il suffit de consulter Wikipedia ou tout site le concernant, aussi bien que. les rares documents télévisés que j'ai pu voir (je consomme ce média qu"avec sobriété), montrent bien son origine aristocratique, il n'est jamais montré comme un noir spécialement "opprimé" si ce n'est probablement que par les loi de l'apartheid qui frappaient, semble t-il tout ce qui était plus ou moins noir. Il est curieux de faire semblant de le révéler comme s'il s'agissait de faits masquer par ce que l'auteur appelle le politiquement correct..Il ne semble pas non plus que sa scolarité auprès des missionnaires méthodistes et ses études pour devenir avocat aient été ignorées de qui que se soit sauf de ceux qui veulent faire semblant. ?

    2/ Il n'était pas non plus le gentil médiatique que l'auteur se plait à dépeindre au travers d'une supposée mièvrerie médiatique qu'il plaise à l'auteur de nous fournir quelques exemple. Il est en effet de notoriété publique que Mandela s'est résolu à la lutte armée après la répression des émeutes de Sharpeville en 1960 où pour le coup le sang avait en effet coulé. Mandela a-t-il mis "sa peau au bout de ses idée" ? Je ne sais s'il a exprimé de cette façon qui rappellent d'autres combats, probablement oui, mais si l'on sait que cela ne lui a coûté que 27 ans de taule, l'auteur ne nous précise pas au prix de combien de morts par attentats?

    3/ Il est très probable que le point de vue de l'auteur soit en effet le bon et qu'effectivement Mandela ait été hissé au pouvoir par le président De Klerk puisqu'en effet c'est le scénario généralement admis, Mandela n'ayant pas pris le pouvoir par la force. Le principal étant que la transition se soit effectuée sans bain de sang (pour l'instant).
    Quant aux négociations entre Mbéki et les généraux sud-africains, il serait intéressant d'en savoir plus. Agissaient-ils pour leur propre compte, étaient-ils mandatés par une autorité quelconque autre que l'armée ? Étrangement, ces négociations en rappellent d'autres qui échouèrent aussi.

    Ayant déjà été beaucoup trop long, je m'abstiens pour l'heure sur les autres points développés par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  28. Je pense que la phrase la plus "choquante" est:

    "Quant au revenu de la tranche la plus démunie de la population noire, soit plus de 40% des Sud-africains, il est aujourd’hui inférieur de près de 50% à celui qu’il était sous le régime blanc d’avant 1994"

    Or le lien que vous proposez comme source à cet argument est assez vague. Pourriez vous préciser un peu plus de quel document vient cette statistique?

    Cordialement

    RépondreSupprimer
  29. Ne va-t-on pas vers une guerre civile comme Nikolaas van Rensburg, le plus célèbre voyant d’Afrique du Sud l'a prédit ?
    http://effondrements.wordpress.com/2012/08/08/nikolaas-van-rensburg-le-plus-celebre-voyant-dafrique-du-sud/

    D'autre part, n’était-il pas déjà mort depuis le 11 juin 2013 ?
    http://www.youtube.com/watch?v=ihoe1joM_io

    RépondreSupprimer
  30. Dans ce que je vois de certains commentaires, il aurait fallu laisser faire l'apartheid, ben oui la supériorité blanche ... affligeant.
    qu'il y ait des zones d'ombre et qu'il ait commis des exactions pour arriver à libérer les noirs de ce régime esclavagiste c'est une évidence. mais fallait-il pour autant laisser une minorité blanche écraser et réduire à l'état d'esclave une majorité noire ???? qu'ont fait les pays occidentaux ? pas grand chose me semble-t-il et ce n'est pas une interdiction de participer aux JO qui a permis aux noirs de se libérer.
    Il sortait peut être d'un milieu aisé mais il est resté presque 30 ans en prison pour que la majorité noire et pauvre puisse se libérer.
    alors ui c'est facile de critiquer mais je dis comme dans un commentaire ci-dessus on se rappelle de Lincoln pour l'abolition de l'esclavage, mais ça ne s'est pas fait sans effusion de sang. Je suis pacifiste mais on sait très bien que les avancées en matière de "libération" de régimes dictatoriaux ou esclavagistes ne se sont jamais faits sans "armes'.
    et au passage les blancs ces gentils blancs ont commis beaucoup plus de meurtres ou pratiqué la torture que Mandela !!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Je suis pacifiste mais on sait très bien que les avancées en matière de "libération" de régimes dictatoriaux ou esclavagistes ne se sont jamais faits sans "armes'."
      Si Gandhi pouvait vous lire...

      Supprimer
  31. Bernard Lugan = Thierry Meyssan

    RépondreSupprimer
  32. Question.
    Les noirs et métis pouvaient-ils quitter librement l'Afrique du Sud du temps de l'apartheid?

    RépondreSupprimer
  33. Que d'âneries dans cet article... Dites-nous vos griefs personnels, ça ira plus vite.

    RépondreSupprimer
  34. Petites précisions:

    Qu'il y ait une hystérie médiatique cela ne fait aucun doute mais je crois que son hospitalisation au mois de juin dernier nous a permis de nous préparer au moment de son décès. Ma vision de Mandela est contrastée c'est à dire que ce n'est ni un tout "blanc" ni un tout "noir". Qu'il ait été arrêté non pas pour ses opinions mais pour planification d'attentats voilà qui mériterait d'être rappelé, j'ajouterai qu'à cette époque Amnesty International a refusé de le classer comme prisonnier politique du fait de son action violente.

    Par contre je voudrais ajouter quelques remarques concernant les points 6 et 7: il est faux de dire que les fermiers blancs sont "massacrés dans l’indifférence la plus totale des médias européens." Ils n'occupent bien entendu pas la première page des journaux mais j'ai été quand même été sensibilisé à ce sujet par un reportage de Canal Plus là-dessus, de même que la forte médiatisation de l'assassinat d'Eugène Terre'blanche et celle de la chanson de Malema appelant à "tuer le boer" montre que les médias peuvent parler de ce sujet, doivent-ils en parler plus ? Peut-être.
    Comme vous l'avez dit vous-même à plusieurs reprises M. Lugan ces sujets sensibles doivent être examinés de façon dépassionnée et non dans l'émotion. J'entends des gens parler de "génocide", ils me font penser à ceux qui qualifient le conflit du Darfour de "génocide". Aussi tragiques et condamnables que soient ces meurtres il faut tout de même rappeler qu'un génocide implique une volonté de vouloir exterminer toute une population sur la base de critères données, en l'occurrence l'ANC, aussi critiquable qu'elle soit, n'a pas mis en place ce genre de politique contre les blancs.
    À cela s'ajoute le fait que la criminalité en Afrique du Sud a connu une récente baisse http://www.romandie.com/news/archives/_Afrique_du_Sud_la_criminalite_atteint_son_plus_bas_niveau_depuis_la_fin_de_l_apartheid48200920121505.asp
    et aussi que les Afrikaners ont des taux de victimisations moins élevés que les autres groupes ethniques.

    Pour le point 3 je pense que la voie qui a été choisie, avec tout ses défauts, est certainement que celle qui a été choisie par Robert Mugabe. Plutôt que de régner en autocrate Mandela a préféré ne pas poursuivre une politique revanchiste contre les blancs ce qui lui a d'ailleurs été reproché par plusieurs noirs radicaux qui appelaient au génocide comme Khalid Abdul Muhammad de la Nation of Islam.

    RépondreSupprimer
  35. Entre les articles complaisants des médias, les larmes de crocodile des politicards et l'analyse de Bernard Lugan, avec un peu de lucidité et de bon sens, on arrive à entrevoir la vérité.

    RépondreSupprimer
  36. Cher monsieur beaucoup homme politique passe ,présent ou futur ou qu elle actif peu louable . Le monde a perdu un grand HOMME MONSIEUR MANDELA DIT MADIBA que vous déplaise

    RépondreSupprimer
  37. T'as gagné je viens de passer une heure à rédiger ça

    1) il a fait des études autres que Sciences Po et n'est pas né à Neuilly
    2) C'est sûr que laisser faire la ségrégation raciale ça aurait été mieux
    Et puis les attentats réalisés l'ont été notamment contre une raffinerie, une banque ou un tribunal
    Ce qui relève plutôt du terrorisme d'Al Quaïda si on suivait l'auteur dans sa prose engagée.
    3) Là ça devient trop technique... Mais par contre si on vidait le texte de la prise de position on pourrait commencer à y voir plus clair dans l'argumentation :
    Les verbes "désintégra","torpilla","empêcha", "trahissant", associés aux mots "pouvoir" ou "vérité" , renforcent la confusion voulue par l'auteur.
    4) Là, c'est aussi très technique, mais l'auteur n'a pas évoqué l'influence mondiale croissante générée par le Brics.
    Et puis l'auteur postule que "la croissance économique c'est bien"... Et les droits de l'Homme ont certainement moins d'importance par les temps qui courent, non ?
    5) Ah oui... Rholala ça a l'air très grave... Tiens ! Je le réécris pour la déconne, je vais tenter de conserver le fond et juste modifier la forme.
    Nelson Mandela a eu une réussite politique éffarante : parvenant à réunir au sein d'une même entité politique des responsables d'Ethnies ou de groupes identitaires aux projets civils et politiques différents.
    (je suis allé un peu fort, mais c'est pour montrer qu'il n'est pas très neutre Bernard Lugan)
    6) La vrai info c'est 43 meurtres par jour.
    Selon les statistiques du planétoscope, l'Afrique du Sud se classe 4 ème au nombre d'homicide commis, juste devant les états-unis (5ème). La France est 16ème. Sur 83 pays.
    Et selon l'auteur, c'est pire que la loi de la jungle au Chili, en Russie et en Inde.
    7) 2060 fermiers blancs tués en (2013-1970=43) 43 ans ; à 43 meurtres jours ça ferait 674885 morts dans la même période.
    Est ce que l'auteur a voulu nous faire comprendre quelque chose par nous même ?
    Je crois qu'il a soulevé un point important... Il y aurait donc eu 99,7% de meurtres qui n'ont pas été commis sur des fermiers blancs !
    8) L'auteur nous fait comprendre ici qu'il n'y a pas d'isoloir dans les bureaux de vote sud-africain puisqu'il a vu tous ces noirs voter pour l'ANC et tous ces blancs voter pour l'Alliance Démocratique.
    La Conclusion
    ça aurait pu être intéressant, et j'aurai presque pu trouver que Bernard nous donnerait sa lecture, son éclairage... Un peu comme une lanterne...
    Mais non, Bernard braque le spot ailleurs : "le plus souvent dirigé par des blancs"... Mais de quoi parle-t-il ?
    Du spot ? Des élucubrations immorales ? Ou de racisme ?


    J'ai rien contre Bernard Lugan dont je viens de parcourir la page wikipédia, qu'il soit révisionniste ou non, moi ça ne me dérange pas.Effectivement j'aime bien l'idée de se défendre contre la "police de la pensée". Mais il faut pas se tromper de cible !

    RépondreSupprimer
  38. Il y a un certain nombre d'intellectuels, comme Lugan et Meyssan, qui déterrent souvent des informations véridiques censurées par la presse superficielle , mais dont on peut faire aussi bien un usage d'extrême droite que d'extrême gauche... Lugan par exemple conclut une émission de radio fort bien documentée sur l'Afrique par la sentence : Chacun chez soi et les chèvres seront bien gardées... il oublie juste que nous ne sommes pas des chèvres, et donc me fait penser aux sophistes d'inquisition à l'argumentation impeccable comme saint augustin qui dit tant de choses vraies , mais conclut par des aberrations comme prétendre que la persécution des hérétiques est une charité qu'on leur fait. ... alors bien sûr, au niveau de réalité spirituelle où vit Lugan, l'apartheid réinventé est forcément réaliste pour nous guérir des Diafoirius de la mondialisation, puisque réformer la bête humaine est pour lui définitivement une chimère... mais c'est plus facile d'assumer de telles conclusion lorsqu'on est intégré aux castes dominantes, avec des intérêts coïncidant avec ceux des ideologues blancs ou noirs de l'actuel apartheid planétaire en résurrection.., Les connaissances de Lugan donnent des arguments à ceux qui sont dans cette estimation définitive de l'espèce humaine, mais ils ne sont pas éthiquement meilleurs que Mandela pour avoir sacraliser la bête humaine. Mandela certes n'a pas davantage été parfait depuis sa naissance, mais voilà,il a été du còté de tous ceux qui souffraient de l'apartheid planétaire et de son rétablissement progressif sous d'autres formes moins franches, basées sur l'argent , donc il est un héros pour ceux qui résistent aux délires sociétaux et détournements légalisés des chefs tribaux de toutes races ...oui, un meilleur exemple que Lugan et Meyssan, qui pour contrer les turpitudes de l 'Empire masqué, ne nous offrent que l'alliance avec d'autres esclavagistes, car au fond, aussi bien renseignés soient ils,ces intellectuels sont des matérialistes dans l'âme, ce qui ne veut pas dire qu'ils n'ont pas de qualités pour qui croit en la liberté d'expression, non ce sont des chercheurs sincères... donc je leur suggère de faire encore un effort pour mettre leur quête de vérité, qui est sincère en ce qui concerne le plan matériel, au service d'un sens vivable de l'espèce humaine dans le cosmos... nous humains ne devons pas nous résigner à nous gérer comme du termites ou nous laisser gérer comme des chèvres, et les informations auxquelles ces intellectuels ont eu acces par leurs itinéraires ne peuvent, pas plus que les semences des potagers, ètre des propriétés des castéistes ... que ces intellectuels se contentent de nous informer, mais ne mélangent pas leur travail scientifique à leurs convictions politiques de gardiens de chevres songeantr à la relève... Mandela est un meilleur berger pour nous, même s'ils s'estiment meilleurs bergers, mais voilà ils ne peuvent nous convaincre de leur lucidité en nous vantant des systèmes prêts à nous égorger .... évidemment il y aura toujours un Levy ou un Kouchner se faisant passer pour les premiers à avoir informé des goulags ... ils oublient seulement ceux qui y ont vécu, voire qui en sont mort ... alors informez mais ne concluez pas avec des sermons déplacés, car cela vous fait ressembler aux Levy et Kouchner des gouvernances que vous espérez et qui seraient tout autant hypocrites ... Certes celle de l'apres apartheid l'est restée, ou a inversé certaines perversité, mais on ne soigne pas la grippe par le sida...

    RépondreSupprimer
  39. GAD7 décembre 2013 16:41
    Dominique Lapierre "Un Arc-en-Ciel dans la nuit"
    Bernard Lugan "Histoire de l'Afrique du Sud"

    Je m'interroge. Qui aura le courage de nous dire ce qu'il en est vraiment ?
    Pour l'instant ni l'un ni l'autre...

    Que faites vous de la conversion à la non-violence de cet homme ? "Prenez vos armes a feu et vos couteaux et jetez les dans la mer". Où mentionnez-vous cela ? L'homme a un passé certes, mais l'homme entré en prison en colère en est sorti converti à la paix. Où mentionnez-vous ses efforts extraordinaires comme la commission de réconciliation ou bien son incroyable geste pour la coupe de rugby ?

    On attendait d'un historien de votre calibre une certaine nuance, plus respectueuse de l'homme décédé. Il n'est plus votre ennemi, il est dans l'au-delà, devant cet inatteignable alter-status, le recul et l'équilibre de jugement sont de mise. Non ?
    =========

    je ne suis pas historien mais je vais vous répondre
    vous cherchez a tout prix un icone a l'humanisme universel et au vivre ensemble arc en ciel
    et bien oui alors vous avez trouvé votre gourou, il est le parfait exemple de l'antiracisme
    et pourquoi il l'est
    parce qu'il est l'un des premiers a défendre ses idées dégalité
    bien sur iln'est pas le premier mais il est le premier noir et africain a avoir
    a avoir condamné le racisme des blancs et des noirs
    et qui plus est en prechant la non violence

    si bien que beaucoup de chefs detat occidentaux et democrates suivent le meme chemin que lui cest devenu un modele pour les occidentaux et le monde entier
    parcequ'il a pardonné aux blancs de les avoir colonisé et pillé (en gros) et il n'a pas non plus mis fin complétement a l'apartheid car il existe toujours les barrieres economiques qui appartenaient aux nations occidentales

    ce qui a permis a lafrique du sud de ne pas etre un pays completement ruiné,
    on peut donc lui reconnaitre cela déja et il serait une erreur de mettre sur le dos de mandela sa mauvaise gestion de lafrique alors que cest plus un contexte economique et historique qui font que lafrique noire sombre
    il est vrai que la décolonisation et la chasse aux riches blancs n'aident pas beaucoup le continent, mais il est vrai aussi que l'exploitation des noirs par les blancs n'aident pas non plus;
    c'est donc a double tranchant
    ;;
    qu'est ce qu'on peut donc retenir de toute cette histoire

    et bien mandela on peut reconnaitre que cetait un combattant et un homme de conviction qui luttait pour plus de justice et sa cause etait noble
    car l'homme noir a le droit d'etre libre dans son propre continent

    on peut aussi reconnaitre que mandela fut un héros national pour l'afrique du sud car il a lutté pour le droit des noirs dans ce pays
    on peut aussi reconnaitre qu'il a eu un comportement exemplaire une fois au pouvoir
    quand il a essayé d'éviter dempecher les massacres interethniques
    mais malgré cela, le héros national s'est transformé en bobo
    et il est devenu la marionnette ds puissants voire meme un ennemi de l'afrique
    non parce que son bilan est nulle sur le court terme et catastrophique sur le long terme
    ce n'est pas non plus un magicien et l'afrique souffre déja suffisamment
    il est le héros des bobo antiracistes esclaves de la finance et des la franc maconnerie
    il est la star des médias et le modele pour toute la presse mondiale tiermondiste et occidentale
    sauf que sa cause n'est plus et s'il est toujours un héros pour son peuple, il est et ne sra jamais un héros pour l'humanité et encore moins pour l'afrique

    RépondreSupprimer
  40. Au sujet des commentaires que je lis ici.
    A / L'ANC fondée par notre icône fut un mouvement armé qui posait des bombes dans les endroits publics.
    B / C'est De Klerk, et non Mandela comme clamé abusivement, qui institua la fin de l'apartheid.
    C / Mandela régna brièvement ( un mandat) puis n'a plus foutu grand chose ensuite.
    D / Sa femme Winnie est notoirement un escroc et un assassin.

    etc. etc.

    RépondreSupprimer
  41. Monsieur Lugan,
    Je suis un de vos fidèles lecteurs et je dois avouer que pour une fois, je ne suis pas d'accord avec votre analyse. Certes, Mandela n'était peut-être pas un saint (personne ne l'et d'ailleurs) mais je crois qu'il est impossible de justifier l'existence même de l'Apartheid. Peu importe si ces résultats étaient positifs, toute politique basée sur la ségragation raciale n'a pas de place dans ce monde.
    Dans aucun pays au monde, une telle politique ne peut être appliquée même pas dans une France raciste!
    Les générations ont passé et les gens sont de plus en plus ouverts au nouveau défi de l'humanité et surtout à une existence pluri-raciale. L'accès à l'information n'est plus ce qu'il était et donc les êtres humains sont donc plus ouverts que l'était leurs ancêtres.
    Mandela représente pour l'Afrique tout un espoir, que vous le vouliez ou non! Avec le colonel Kadhafi, ils sont des dignes fils de cette Afrique qui tôt ou tard se réveillera. Malgré tout le tapage médiatique contre le Guide Libyen, les africains ne sont pas dupes.
    Que la terre de nos ancêtres soit légère à ces dignes héros d'Afrique!

    Un de vos fidèles lecteurs et abonné à l'Afrique Réelle

    RépondreSupprimer
  42. Enfin une source d'information fiable, Bernard Lugan ayant vécu parmi les Africains une grande partie de son existence, il est mieux habilité à en parler que les "journalistes pintades" n'ayant jamais mis les pieds en Afrique, et qui répètent sans analyse le politiquement correct ambiant. Il est salutaire d'avoir cette source d'information d'un des rares vrais connaisseurs de l'Afrique, qui remet l'histoire à l'endroit.
    Voir aussi ses articles prémonitoires qui se sont révélés exacts a posteriori sur l'Egypte, la Tunisie, la Lybie, la Syrie...

    RépondreSupprimer
  43. Monsieur Lugan, d'abord merci pour cette mise au point.
    Je voudrais attirer votre attention sur le nombre de meurtre de fermiers blancs. Vous parlez de 2000 victimes de 1994 à aujourd'hui. Or un site sérieux qui se veut un mémorial en ligne http://ajkraad.wix.com/genocide-museum et dont on peut trouver dedans un document word listant les noms, lieux et dates des fermiers blancs assassinés fait état de 4041 fermiers assassinés depuis 1994 (et près de 69000 blancs assassinés en tout). On passe quand même du simple au double. Êtes vous sûre que vos chiffres sont corrects?

    RépondreSupprimer
  44. Bravo pour votre article. Il y a de quoi s'inquièter pour l'avenir de l'Afrique du sud.

    RépondreSupprimer
  45. ca,c'est remettre les pendules à l'heure, et à leurs places

    RépondreSupprimer
  46. Bonne analyse Monsieur Lugan. Pour que le lecteur puisse se faire son opinion il suffit, même si une grande partie de la RAS souhaite vivre et prospérer en paix; ce que je leur souhaite, d'écouter julius Malema entonner, sous les yeux attendris de jacob Zuma, le chant de guerre ANC "kill the boer" (tuez le fermier !) et de constater que le leader africaner extrémiste Eugène Terreblanche en a fait les frais peu avant la coupe du monde de football ...à méditer pour ceux qui croient encore à la patrie des bizounours arc en ciel

    RépondreSupprimer
  47. Ah ca les emmerdent tous ces FAITS et rien que les faits. Un Lugan connait mieux l'Afrique que toutes ces pimprenelles bobo droito-gaucho, psalmodiant ad vitam la doxa prédigérée. Non, la fin de la, ségrégation n'est pas due à ce petit homme. C'est un terroriste comme les autres, comme ceux du fln, comme les autres. Les chiffres ne mentent pas. Le comble de la mauvaise fois revient à la personne ayant dit en gros que les meutres des blancs sont suffisamment médiatisés. Ah oui? A la façon de canal plus pour nous expliquer comment ce salop de Terre Blanche avait été éliminé ? Bravo. Vous aurez le pays que vous méritez. Allez vivre en tant que blanc en Afrique du Sud et revenez nous en parler...ah que c 'est beau les héros....de paille.

    RépondreSupprimer
  48. Il n'y a pas UNE Vérité ... mais des Vérités, l'ensemble fait l'Histoire ! Héros pour les uns, salopard pour les autres ? Il n'empêche que la communauté internationale rend un vibrant hommage à Nelson Mandela qui, je pense, restera longtemps dans les mémoires
    comme un homme de bonne volonté.

    RépondreSupprimer
  49. Bernard Lugan, avez-vous déjà perdu l'un de vos proches ? Si oui était-ce moral de déshonorer et de bafouer sa mémoire les jours qui suivirent sa mort ? Certes Nelson Mandela n'était pas ce proche en question. Cela étant, je trouve tout à fait immoral de juger péjorativement le passé d'un idole, d'un espoir de paix international. Oui, notre société crée des idoles et des personnes en qui nous nous devons de croire. Mandela contribuait, contribue et contribuera à pacifier chaque moment de notre existence. Il représente un symbole commun pour tous. Outrager cette même appartenance revient à renoncer en tout espoir de paix. Par ailleurs, un humain ne peut à la fois abolir tous les problèmes macro-économiques d'une part, et le taux de violence et de criminalité d'un pays d'autre part. Vous construisez de faux argument pour chercher des problèmes là où il n'y en a pas. Votre but est seulement de vous faire connaître. Pour y parvenir, vous êtes prêts à briser l'espoir de paix d'un monde qui en a terriblement besoin. Vous êtes une pourriture. Une grande partie des gens acquiescent, cela me laisse perplexe.. êtes vous débiles ? dupes ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai l'impression qu'il vous a échappé que ce monsieur fait de l'HISTOIRE

      Supprimer
    2. M. Lugan n'a porté aucun jugement sur Mandela, votre reproche n'a aucun sens.

      Supprimer
    3. Si dans ce texte de M. Bernard Lugan, l'on remplace "Nelson Mandela" par "Jean Moulin", la démonstration fonctionne encore. Ce n'est pas un hasard : est-ce que cela ne correspond pas tout aussi bien à la pensée de M. Lugan ?

      Supprimer
    4. Cher névrosé,

      Je présente, à vous ainsi qu'à tous ceux qui tiennent absolument à prendre des vessies pour des lanternes, mes plus sincères condoléances.

      Vous avez "besoin d'espoir" comme un camé a besoin de sa drogue. Ce dont le "monde a terriblement besoin" c'est d'ACCEPTER de se confronter intellectuellement à la RÉALITÉ.

      C'est ce à quoi nous aide Bernard Lugan. Qu'il en soit remercié.

      Supprimer
    5. Certes, Monsieur Lugan n'est pas le chouchou des médias et ce serait plutôt pour moi un gage d'honnèteté intellectuelle; s'il voulait être célèbre il lui suffirait de hurler avec les loups, même ses adversaires reconnaissent qu'il sait de quoi il parle et plutôt objectivement...
      Pour vous répondre personnellement,,J'ai vécu le drame de l'Algérie, y ai perdu des miens (pays merveilleux ou règne désormais le multipartisme, la douceur et la tolérance comme chacun sait et où tout le monde rêve d'émigrer...), j'ai fait en autostop Paris-Bombay en 1975 (essayez de le faire de nos jours...); j'étais en Yougoslavie (pays de miel et de lait comme chacun sait) en 1991(c'étaient les croates les salauds à l'époque et Milocevic le gentil)... et ai parcouru l'Afrique du Sud et la namibie de long en large en 1993 (avec une personne atteinte du VIH) et franchement, ce que j'ai pu en lire dans les media par la suite m'a consterné (c'est cele le révisionisme !) .Surtout avec les chiffres et le recul...redescendez de votre plafond: l'Afrique, aux ressources inouïes,une mosaïque de tribus qui se détestent, risque de devenir un gigantesque champs de bataille à trés court terme.Quant à Obama et ses prédécesseurs, en catimini, ils aussi loin d'être aussi désintéressés qu'on pourrait le croire: la carte des bases américaines(et des sociétés paramilitaires US) sur ce continent est impressionnante et ne cesse de grandir (et on est loin de l'actuelle sanglante boufonnerie de certains dirigeants français avides de publicité)

      Supprimer
  50. faut le prendre d'où ça vient.Je lui conseillerais de faire 27 ans de taule à tort ou à raison et ensuite de devenir Président et de faire gagner une équipe de blancs à la coupe du monde.
    La critique est aisée mais l'art plus difficile..........................

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De source, pas française, "généralement bien informée", Il est notoire que Nelson Mandela avait plus de respect, sur le plan humain, pour un Viljoen ou un Botha que pour un Zuma "lèche botte" une Winnie ou un De Klerk. Qu'il fut un garant de la paix en RSA nul n'en doute, tant qu'il vécu... mais il n'avait pas le choix.
      La grand messe organisée dans le stade, à moitié plein (ou vide...) de Prétoria avait dés le lendemain une saveur de gueule de bois car si certains se sont laissé hypnotiser d'autres n'y ont décelé qu"une belle brochette d'hypocrites: un Maître du Monde remis à sa place par son épouse et obligé de faire la grimace à Castro; un traducteur en langue des signes bidon (qui aurait pu, s'il l'avait désiré,sortir une arme !) et deux couillons relègués à des strapontins de l'Histoire tant ils ne font plus le poids.. En dehors de ce cirque, digne du parti unique qu'est l' ANC , des milliers de citoyens meurent du sida pendant que d'autres hurlent à la réforme agraire (à la Mugabe). L'Afrique du Sud, qui n'est pas l'ANC, est une mosaïque de tribus ( noires, indienne, métisse et blanches désormais sans territoires) mais qui détient l'arme nucléaire: ils sont condammnés à vivre ensemble et je souhaite, malgré Madina l'icône, bien du plaisir et du courage à son successeur.

      Supprimer
  51. Si j'osais.
    Il est pourtant important de connaître les faits exposés ici. Il appartient à Dieu de juger et non aux etres humains. Ecrire "vous etes une pourriture" n'est pas faire grand preuve de pardon et de compassion, que l'on prete à Mr ... Mandela.

    RépondreSupprimer
  52. En tant que membre de la sainte église catholique je ne peux que condamner le système d’apartheid qui est en opposition frontale à l’esprit de l’évangile.
    Nelson Mandela s’est battu contre ce système. Pour cela il a payé un prix fort, plus de 20 ans de prison. Ne serait-ce que pour ces deux raisons, je trouve indigne de le calomnier le jour de sa mort.
    Oui, ce n’était sans doute pas un saint. Moi non plus et vous non plus d’ailleurs.
    Ma recommandation du jour :
    Taisons-nous et balayons devant nos portes.
    Que Dieu tout puissant dans son immense miséricorde ait pitié de l’âme de Nelson Mandela et l’accueille dans son royaume de joie éternelle.
    PS. De Klerk n’aurait jamais aboli l’apartheid sans la pression de l’ANC et de la communauté internationale.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "En tant que membre de la sainte église catholique je ne peux que condamner le système d’apartheid qui est en opposition frontale à l’esprit de l’évangile."

      "Membre de la Sainte Eglise catholique" de quoi ?

      -Quel est donc ce jargon quasi syndicaliste d'auto-proclamation de sainteté, à s'y voir catholique avant même de s'y voir chrétien d'ailleurs.

      -Faites moi une faveur;

      -Trouvez moi dans les Evangiles le moment ou Jésus a prononcé le mot "catholique" ou quelque chose dans ce genre là. SVP.

      N'êtes-vous pas chrétien et n'avez-vous pas la foi en Jésus avant toute chose ?

      -En plus de diviser, votre habit de forme (comme les autres) vous éloigne du Christ Vrai des Evangiles, ce même Christ qui ne peut que s'en réduire à un décor de subjectivité d'appartenance culturelle d'identité régionale.

      -Et c'est au nom de ce carnaval d'apparat que vous nous fanfaronnez de la morale, or, le balayage devrait commencer plutôt devant la porte de votre orgueilleuse et "sainte" Eglise catholique, qui ne cesse de sermonner du haut d'un clocher doré à la feuille, où derrière se cache... l'ordure, sis dans un écrin d'opulence, de déviances et d'intrigue, à des lieues de l'humilité, de l'enseignement du Christ.

      -Réveillez-vous!


      RM.

      Supprimer
  53. Monsieur Lugan, merci pour votre courageux commentaire de spécialiste de l'Afrique. Quel que soit le camp politique choisi, on devrait avoir la "fibre véritaire" et relativiser tout personnage adulé par les médias. Contre l'apartheid on peut tout-de-même apprécier le combattant, mais en tant que guérillero, pas comme "nouveau Gandhi". Mandela a-t-il vraiment eu la magnanimité d'épargner les Blancs, après l'abolition de l'apartheid, ou avait-il encore peur de leur puissance militaire et administrative, de leurs réseaux, de leur savoir-faire ?

    RépondreSupprimer
  54. L'esprit Curieux11 décembre 2013 à 04:38

    Je ne pense honnêtement pas que Bernard Lugan cherche à déshonorer la mémoire de Nelson Mandela. Bernard Lugan est d'abord un grand spécialiste de l'Afrique, donc il me semble avoir le droit d'exprimer son opinion même davantage que les autres, et puis surtout, il ne fait rien de mal. Il nous livre des informations qu'aucun média de masse ne nous donne, car tous relayent la même sacralisation moraliste et pleurnicharde, mais sans aucune analyse, mais le pire c'est que de toute manière les journalistes de ces grands médias n'y connaissent rien, donc il est au final normal qu'ils ne livrent aucune analyse. Quand on est un esprit curieux, c'est au contraire très jouissif de trouver des informations complémentaires à la non-information unique du type «c'était un grand homme qui a uni les noirs et les blancs». Après, je peux le dire, monsieur Lugan vous ne m'apprenez pas grand chose non plus pour deux raisons: tout d'abord parce que j'ai emprunté votre Histoire de l'Afrique du Sud à la bibliothèque, et ensuite j'ai déjà appris presque tout ce que vous dites (avec des détails) en lisant l'article "Nelson Mandela" en anglais sur wikipedia, très bien sourcé et reprenant beaucoup d'éléments de la biographie écrite par Anthony Sampson. Quoiqu'il arrive, personne n'a le droit de s'instituer inquisiteur pour obliger les gens à pleurer uniformément sous peine opprobre morale.

    RépondreSupprimer
  55. Mandela ne s'est pas contenté de mener une lutte armée pour l'obtention de l'indépendance de son pays; il a aussi mené la lutte aux cotés des chefs FLN à la frontière Marocaine pour l'indépendance de l 'Algérie et apporté son soutien dans la plupart des conflits indépendantistes de la planète! .Ses mains étaient recouvertes de sang comme un boucher des abattoirs !

    RépondreSupprimer
  56. Bonjour on voit bien que votre descendance n'a pas ete opprimée ,torpillee,la misère,la corruption les assassinats des blancs ne sont que un retour de situation ,
    au nom de quoi nous ont ils méprisés,ils se sont crus superieus à la race noire,je suis africaine et j'ai les mêmes besoins viatux que ces blancs ,
    oui pour nous Mandela est un liberateur,
    vous qui avez ecrit ct article ,pourquoi n'avez vous pas liberer ces noirs ,
    Mandela a fait ce que il pouvait avec une sante fragile causée par 27 ans de prison,
    ce que les blancs ont oublié est que Dieu garde ces enfants opprimés ,le monde change et il es temsp d'arreter votr racisme inné,
    avez vous deja vu une terre des blancs envahie pa les noirs de force et entrainant des tueurs, Non
    oi certes vousdecrivezune relaitede sa personnalite
    dans l'eglise Catholique certains Saints ont eu du sang sur les mains et là vous n'en faites pas une propagande ca la majorite de ces Saints sont d'origine blanche ,mais pour une fois que un noir est mis en evidence ,c'est la pannique qui releve de votre pauvrté en l'intelligence spirituelle

    RépondreSupprimer
  57. Il est incroyable ,inimaginable que ,à ma connaissance,personne ne souligne que Mandela et ses successeurs sont responsables d'un horrible holocauste celui des foetus, nourrissons jeunes enfants .. en ayant refusé la prévention de l'infection par le VIH et de la maladie par la "trithérapie!!!!!!!!!!!

    RépondreSupprimer
  58. Bel article qui nous éloigne de la pensée unique et qui nous permet de comprendre que Mandela n'est ni un Dieu ,ni un saint....simplement un homme perfectible ....Qui par sa propre volonté,la volonté de la classe dirigeante de l'époque,les grands changements dans les équilibres sur l’échiquier politique avec la fin de la guerre froide. Ce militant leader de L' ANC est apparu aux yeux des dirigeants du monde,ceux même qui l'ont qualifié" terroriste communiste" ,comme le timonier d'une nouvelle Afrique du sud"multiraciale".
    Aujourd'hui ,ont peu dresser le bilan le plus catastrophique de l'Afrique du sud en l'isolant du monde...il est bon de se poser certaines questions sur l’Espagne,le Portugal,la Grèce et bien d'autres nations occidentale en crise et qui ont bénéficier des énormes subventions et des perfusions en milliards d'euros pendant toutes cette période de crise. L'Afrique du sud post apartheid n'a pas eu les moyens nécessaires à toutes les reformes pour la création de la nation arc en ciel...Les atavismes de la classe blanche jadis privilégié et détentrice de tous les moyens financiers et de production,d'autre part la classe pauvre"prolétaire" et noire...sans éducation et instruction nécessaire à leur accès à l'environnement de richesse qui leur devient désormais accessible....
    Comparaison n'est donc pas raison...le régime d'apartheid avait placé l'Afrique du sud à l'apogée de sa force financière ,ce régime inique et négationniste du genre humain était arrivée au bout de sa justification et de sa légitimité....La guerre froide plaçant le première valeur dans la lutte contre le communisme,tous les régimes totalitaires et dictatoriaux d'obédience Américaine était soutenu à condition qu'ils fassent verrou au communisme.
    Mandela ne s'est pas accroché au pouvoir,il aurait pu faire deux mandats ,il a préféré passé le flambeau ...un bel exemple de Démocratie en Afrique...Il a participé à plusieurs négociations notamment la pacification du Burundi....la fin du régime de Mobutu etc....
    Mandela est un Héros pour l'Afrique,une icone à ne pas briser car rien n'est dedans ..c'est de l'argile passé au four....

    RépondreSupprimer
  59. M. Lugan Il n'est pas très glorieux de démolir le lendemain de son décès , Mandela comme vous le faite ! pourquoi pas avant ??
    Même si toute son action au début n'a pas été des meilleurs , que penser des forces Blanches qui ont voulu mettre a bas ce peuple qui est chez lui sur ses terres.
    cdlt

    RépondreSupprimer
  60. Merci M Lugan de rétablir la réalité objective des choses devant ce brassage médiatique manipulateur de masse.
    Sous l'Apartheid c'était tellement terrible que tout le monde des pays communistes africains voisins voulaient s'y rendre travailler parce qu'ils mangeaient pas sous les régimes communisme..
    Noirs communistes contre noirs anti-communistes en Afrique du Sud, (oubliez les blancs), avec ces pneus de gaz au cou des victimes anti-communistes, dont on obligeaient elles-mêmes à allumer !
    Silence des médias ! Ça prenait un mur autrefois en Allemagne pour les retenir dans leur paradis..
    Jolie numéro l'Afrique du Sud.

    RépondreSupprimer
  61. Ah Monsieur Lugan. Vous êtes diplômé en Histoire de l'Afrique des Grands Lacs.
    Pourquoi vous présentez-vous comme un expert de l'Afrique Australe alors que vous n'y connaissez pas grand' chose?
    Vous avez rédigé une une thèse intitulée L'Économie d'échange au Rwanda de 1850 à 1914.
    Vous êtes un falsificateur :vous arrivez à convaincre les ignorants qui vous servent d'auditoire,mais le poids intellectuel de votre production est à l'image de votre blog: virtuel...

    RépondreSupprimer
  62. Mandela est un rejeton du FLN, il connaissait la musique jouée par les violonistes
    COMMUNISTES :on verra s'ils seront aussi courageux que les ALGÉRIENS , les TUNISIENS et tous les autres :a chaque jour une nouvelle révolution .

    RépondreSupprimer
  63. Je suis allée en Afrique du Sud durant l'hiver 1997 1998 j'ai été reçue dans une tribu le chef m'a expliqué que beaucoup de blancs étaient partis effrayés par l'arrivée au pouvoir de l'ANC si bien qu'il faudrait au moins 50 ans pour qu'ils s'en sortent !!!!
    J'ai vu des murs de protections très hauts surmontés par des fils barbelés totalement interdits partout ailleurs mais la maison ou plutôt le chateau le plus protégé était celui de DESMOND TUTU en plein Soweto il y avait même des miradors avec des veilleurs armés!!!!!
    A Soweto ils vivent sur la terre battue sous des toles ondulées il y a un robinet d'eau pour tout un quartier!!!!
    Sans oublier tous les bidons villes un peu parout dans le pays!!!
    Vraiment j'ai été choquée c'était fin 1997!!!

    RépondreSupprimer
  64. A ou B ?


    53 chefs d'Etat ou de gouvernement de tous les continents se sont rendus en Afrique de Sud pour rendre hommage à Nelson Mandela…

    A*….qui a transformé un pays qui fut un temps une excroissance de l’Europe à l’extrémité australe du continent africain, en un Etat du « tiers-monde »?

    B*…parceque l’apartheid ne fut pas seulement un régime raciste établissant des discriminations entre un homme et un autre du fait de la couleur de sa peau. C’était la mise en œuvre de la politique d’une nation qui voulait en dominer une autre. Une minorité blanche qui régnait du fait de sa suprématie militaire et économique tout en dépossédant la majorité noire du pays de ses droits civiques. Les Blancs à l’époque de l’apartheid voulaient régner sur un autre peuple, définir son mode de vie à sa place, maintenir une démocratie réservée aux seuls Blancs et jouir de tous les biens du pays sans les partager à égalité avec la majorité noire indigène. Dans le même temps, le gouvernement d’apartheid souhaitait continuer à entretenir des liens politiques et commerciaux avec les nations du monde et être considéré comme un État légitime.

    Les Blancs tentaient de réprimer le soulèvement noir par la force, châtiant et incarcérant les prisonniers politiques,et, au bout de nombreuses années, le monde comprit que l’Afrique du Sud ne pourrait faire partie du concert des nations tant que le régime d’apartheid persisterait.

    RépondreSupprimer
  65. Communiqué pillé sans la moindre vergogne par Éric Zemmour dans sa chronique du 13 décembre.

    RépondreSupprimer
  66. qui publiera une mise au point sur Napoléon ???

    RépondreSupprimer
  67. certes, personne n'est blanc ou noir !
    Merci de nous pointer les faiblesses du personnage, mais cela ne doit pas nous faire oublier le respect !
    Que celui qui a passé 27 ans de sa vie en prison se permette de juger.
    Etes vous naïf au point de croire que les dirigeants politiques des pays sont libres de leurs actes ? Qu'ils ne sont pas contraints par les banques et les sociétés qui les tiennent sous leur contrôle ? Ne mélangez pas tout: le point de vue de la politique mondiale et de l'Histoire et celui des satisfactions/insatisfactions personnelles ou d'un groupe particulier. Claire

    RépondreSupprimer
  68. Le monde a idolâtré Mandela. BL le diabolise totalement. En réagissant ainsi, il tombe dans l'excès contraire. Mandela ne fut ni un ange ni un démon. Mais il contribua plus à apporter la justice puis la paix que le souffre de l'enfer. Ce n'est pas parce qu'on est dégoûté -à juste titre- de l'hagiographie de Mandela qu'on le forcera le trait pour dessiner des cornes sur sa tête.

    RépondreSupprimer
  69. c'est un grand homme qui a passer 1 quart de sa vie en prison alors qu ils voulait juste faire avancer le pays donc on se rappellera de toi Nelson.

    RépondreSupprimer
  70. nous savons déjà ce que vous nous servez là, en oubliant de préciser qu'en aucun cas le but des attentats de la branche armée de l'anc était de tuer des gens ( les quartiers plastiqués étaient prévenus et évacués ) et, vous ne parlez aucunement des milliers de manifestants pacifiques de l'anc mitraillés par la police....
    Nelson MANDELA restera un exemple pour l'humanité toute entière, ne vous déplaise Monsieur.
    car sans lui il n'y aurait plus beaucoup d'Africains du sud vivant de nos jours.

    RépondreSupprimer
  71. Article très instructif car mise au point de certaines réalités.Cela n'empêche que cet homme, vu son parcours et ses combats, reste un grand monsieur dans l'histoire !

    RépondreSupprimer
  72. Analyse intéressante du Mark Steyn (un poids-lourd dans la journalisme conservateur aux États-Unis) sur Mandela et son héritage :

    http://www.xn--pourunecolelibre-hqb.com/2014/01/histoire-mandela-un-simple-intermede.html

    RépondreSupprimer
  73. Je découvre votre site et votre article.Et,je me demande si je découvre un site raciste voir extrémiste ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je decouvre ce blog, apres avoir achete "l`Histoire de l`Afrique". La vérité est peut-etre extremiste, les mensonges sont toujours plus reconfortants. De plus ayant voyagé trois fois en Afrique du Sud , c`est une société completement cloisonnée, entre Le Cap, Port Elizabeth ou Johannesbourg... Bernard Lugan s`appuie sur des faits, alors peut-etre devriez-vous qualifier ces faits comme racistes et et extrémistes?

      Supprimer
    2. En quoi bernard lugan dirait il plus la vérité qu'un autre historien?
      Bernard lugan est un historien africaniste et non un politicien je ne comprend pas pourquoi il analyse tant la sociéte sud africaine, si ce n'est pour... d'ailkeurs il a été un des premiers a réagir pendant le printemps arabe or je le répète ce n'ést ni un journaliste ni un politicien, je ne lui accorde que très peu d'estime, il est tantot anthropologue, tantot historiens, tantot politiciens, tantot paléontologue... il se divèrsifie selon les modes...

      Supprimer